Gérard Luciani In memoriam

Gérard Luciani nous a quittés le 12 août dernier.

Avec lui, les Études italiennes perdent l’un de leurs plus éminents et ardents défenseurs. Les plus anciens italianistes se souviendront peut-être du jeune agrégé d’italien, maître assistant à La Sorbonne en 1966, qui les initiait, avec autant d’enthousiasme, d’érudition que d’humour, aux arcanes de l’histoire de la République vénitienne, et leur faisait partager cette passion pour la traduction qu’il déploiera ensuite tout au long de sa carrière, pour transmettre au public le plus large possible les grandes œuvres de la littérature italienne.

Le prestigieux prix Diego Valeri obtenu en 1999 pour sa traduction du Prince  de Machiavel en témoigne de façon éclatante, de même que la réédition en 2017, chez Gallimard, de sa traduction de La Locandiera de Goldoni, préfacée par notre regrettée collègue, Myriam Tanant, goldoniste émérite s’il en fut. Ces deux opus, auxquels on peut ajouter  la traduction des Six personnages en quête d’auteur de Pirandello (1997), de La Vie nouvelle de Dante (1999), la traduction du Café de Goldoni en édition bilingue (2004), la traduction de nouvelles siciliennes (2011), de La Louve de Giovanni Verga (2018), témoignent, entre autres travaux, de l’ampleur de sa connaissance de la littérature italienne : encyclopédique, transhistorique, approfondie et éclectique.

Beaucoup d’italianistes se souviendront également du professeur engagé dans les combats de la Société des Italianistes de l’Enseignement Supérieur (SIES) qu’il a présidée entre 1975 et 1982, et qu’il a toujours honorée de sa présence chaleureuse et de ses interventions pendant les assemblées générales automnales. Et ceux qui on eut l’honneur et le plaisir de siéger, sous sa présidence, au jury du CAPES d’italien dans les années 1990 se souviendront de la manière tout ensemble exigeante et joviale avec laquelle il menait les auditions et les entretiens.

Gérard Luciani faisait aussi autorité au-delà des Études italiennes. Membre de la Société des Études romantiques, il a aussi été le premier président de l’Association Stendhal de Grenoble, a dirigé un ouvrage collectif sur la franc-maçonnerie britannique au XVIIIe siècle et s’est intéressé à l’organisation de la gendarmerie en Corse sous la Restauration. Toutefois, il restera avant tout pour les chercheurs français et italiens, et même au-delà des océans, celui qui, en 1974, a fourni, avec sa monumentale thèse de doctorat d’État (Carlo Gozzi 1720-1806 : lhomme et l’œuvre) préparée sous la direction de Norbert Jonard à l’Université de Dijon et publiée en 1977, les fondements solides, désormais incontournables, de la réhabilitation d’un dramaturge injustement méprisé dans la France et l’Italie de l’époque, Carlo Gozzi. Il aimait à raconter ses souvenirs de jeune chercheur passionné explorant les manuscrits raturés à la Biblioteca Marciana de Venise : ce fut le cas lors de sa communication « Carlo Gozzi e il teatro della Foire » à Sorbonne Université en 2006, au cours du colloque Carlo Gozzi entre dramaturgie de l’auteur et dramaturgie de l’acteur : un carrefour artistique européen. Au vétilleux et mal-aimé comte vénitien dont il a patiemment scruté la personnalité, les combats, et la dramaturgie, Gérard Luciani dédiera par la suite aux Presses de l’Université de Grenoble où il occupait la chaire de professeur d’Études italiennes depuis 1975, et dont il était toujours professeur émérite, de nombreuses études, dont une belle synthèse de son doctorat, Carlo Gozzi, l’enchanteur désenchanté (2001).

Gérard Luciani aura été, durant plus d’un demi-siècle, « l’enchanteur » qu’il percevait dans son auteur de prédilection. Mais un enchanteur non désenchanté, toujours actif et enthousiaste : plutôt un  « honnête aventurier », comme son autre auteur fétiche, Carlo Goldoni, auquel il a dédié, outre ses traductions déjà citées de La Locandiera et du Café, une monographie parallèle à celle consacrée à Carlo Gozzi, Carlo Goldoni, l’honnête aventurier (PUG, 1992), ainsi qu’un beau volume collectif, Goldoni l’Européen, réunissant les interventions du colloque international qu’il avait organisé en 1993 à Grenoble dans le cadre des célébrations franco-italiennes du Bicentenaire de la mort du dramaturge.  Et l’on ne compte pas le nombre d’articles et d’interventions pointus, sur différents thématiques de ce domaine de recherche, qu’il a offerts à la communauté universitaire.

Honnête aventurier des Études italiennes, Gérard Luciani l’était aussi des plaisirs de la table et de la vie, comme il l’a si bien montré encore en 2012 en participant, à la BnF, à une table ronde autour du goût, de l’esprit et du vin (Culture des sens au siècle des Lumières), à l’occasion d’une exposition sur Giacomo Casanova qui ne pouvait manquer d’inspirer son esprit vif, libre et débonnaire, et dont le sous-titre le contenait tout entier : la passion de la liberté.

Françoise Decroisette et Lucie Comparini


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search