Chronologie goldonienne

Ginette Herry

Chronologie détaillée de la vie et des œuvres de Carlo Goldoni

(1707-1793)

  1. 25 février, naissance à Venise, de Margherita Savioni (1676-1754, vénitienne) et Giulio Goldoni (1683-1731, famille originaire de Modène). Son père l’initie, enfant, au théâtre de marionnettes.
  2. 10 janvier, naissance d’un frère Giovanni Paolo. Giulio Goldoni quitte Venise et sa famille pour faire à Rome des études de médecine. Giovanni Paolo fera une carrière militaire précaire, confiera ses deux enfants à Carlo en 1754 et inspirera le personnage de Ridolfo dans L’Imposteur (L’impostore, 1754). On ignore le lieu et la date de sa mort.
  3. Carlo rejoint son père à Pérouse, où ce dernier exerce la médecine ; il entre au collège des Jésuites.
  4. La famille s’installe à Chioggia. Carlo étudie la philosophie scolastique à Rimini, chez les Pères dominicains.
  5. Pour rejoindre les siens, il s’enfuit de Rimini en compagnie des comédiens de Florindo de’ Maccheroni avec lesquels il s’est lié d’amitié ; pour les comédiennes, il compose des dialogues et des monologues.
  6. Son père renonce à faire de lui un médecin. Il est placé comme clerc stagiaire chez son oncle Paolo Indric, procureur de Venise, dont les bureaux jouxtent le théâtre San Samuele, pour lequel il griffonne des comédies en cachette.

1723-1725. Il est admis au collège Ghislieri de Pavie pour faire ses études de droit dans l’université de la ville. Mais il est renvoyé du Collège pour avoir écrit une satire cruelle contre douze jeunes filles de Pavie nommément désignées. Il retrouve sa famille à Chioggia, où les remords le tourmentent. Première crise d’hypocondrie.

1725-1727. Il suit son père à Udine où il compose les trente-huit sonnets religieux du Carême en résumé (Il quaresimale in epilogo, son premier ouvrage imprimé, 1726). Giulio est appelé à Gorizia pour soigner le comte Lantieri, Carlo l’y rejoint, puis le suit à Vipacco, où il divertit le comte et ses hôtes avec des spectacles de marionnettes.

  1. Retour à Chioggia du père et du fils. Giulio envoie Carlo à Modène reprendre ses études ; il doit les interrompre à la suite d’une nouvelle crise d’hypocondrie où il songe à entrer dans les ordres.
  2. Mais son père le fait entrer à la chancellerie criminelle de Chioggia comme adjoint surnuméraire au coadjuteur, fonction qui lui plaît. Il s’en souviendra pour le personnage d’Isidoro dans Baroufe à Chioggia (Le baruffe chiozzotte, 1762).
  3. En avril, il est nommé pour seize mois coadjuteur à la chancellerie de Feltre et gagne sa vie pour la première fois. Il forme un groupe de jeunes dilettantes pour qui il écrit deux intermèdes, Le Bon Père (Il buon padre) et La Cantatrice.
  4. En octobre, il rejoint sa famille à Bagnacavallo, dans la province de Ravenne, où son père a été engagé comme médecin salarié.
  5. Après la mort prématurée de Giulio (48 ans), il revient à Venise avec sa mère qui, pour le garder auprès d’elle veut qu’il renonce à la chancellerie et devienne avocat. Il reprend ses études et obtient sa licence en droit à Padoue.
  6. Tout en faisant ses débuts d’« avocat vénitien », il écrit L’expérience du passé astrologue de l’avenir ( L’esperienza del passato fatta astrologa del futuro), « almanach critique pour l’année 1732 » et, pour Bonafede Vitali, dit « l’Anonyme », médecin, charlatan et directeur de troupe, l’intermède, Le Gondolier vénitien (Il gondoliere veneziano). Mais il est obligé de quitter la ville en raison de ses dettes et d’une imprudente promesse de mariage. Il se dirige vers Milan où il espère voir représenter sa première opera seria: Amalasonte (Amalassunta).
  7. Arrivé à Milan pendant le Carnaval, il soumet le livret à des professionnels, qui le raillent ; par dépit, il brûle Amalasonte. Il est engagé comme gentilhomme de la chambre, puis comme secrétaire, du Résident de la République de Venise à Milan, Orazio Bartolini. Il retrouve Bonafede Vitali et sa troupe. Il s’engage à « réformer » pour l’un des acteurs (Gaetano Casali) la tragédie du « grand capitaine Bélisaire », cheval de bataille des comédiens dell’arte. Mais la guerre de Succession de Pologne (1733-1738) éclate en Europe et les armées franco-sardes entrent à Milan à l’automne. Venise reste neutre et Bartolini reçoit l’ordre de se replier sur Crème, d’où il envoie Goldoni espionner le siège par les Allemands de la forteresse de Milan puis celui de Pizzighettone par les franco-sardes. Carlo assiste là à un armistice de trois jours qu’il célèbrera dans la comédie La Guerre (La guerra, 1760).
  8. Il quitte Bartolini avec qui il s’est brouillé et se rend à Parme où il assiste à la bataille de San Pietro (29 juin), puis à Vérone où il retrouve Casali, passé à la troupe de Giuseppe Imer du théâtre San Samuele de Venise. Il lui offre, rédigé entre temps, le nouveau Bélisaire (Belisario, 1734) et compose l’intermède, La Pupille (La pupilla). En septembre, il rentre à Venise avec la troupe ; Imer le fait engager comme « poète théâtral » par le noble vénitien Michele Grimani, propriétaire du théâtre San Samuele, où sont créés avec succès dès l’Automne Bélisaire et La Pupille.

1735-1738. Pour la première année théâtrale au San Samuele, l’intermède Les Gueux (La birba) et la tragédie Rosimonde (Rosmonda). Selon la même formule gagnante se succéderont tous les ans jusqu’en 1738 les intermèdes – ou quelques divertissements musicaux comme, en 1735, La Fondation de Venise (La fondazion di Venezia) reprise au début de l’Automne 1736 avec un « prologue » où Goldoni définit la poétique de sa première réforme, celle du théâtre « miroir » du monde – et les « histoires » tragiques amendées, dont, en 1735, celle de Grisélidis (Griselda), et en 1736 celle de Don Juan (Don Giovanni Tenorio, première édition, tome VII Paperini, 1754). Collaborations ponctuelles avec le compositeur Vivaldi. En 1736, lors de la tournée d’été de la troupe à Gênes, Goldoni épouse (23 août) la fille d’un notaire du lieu, Nicoletta Conio. En 1737,  Grimani le nomme directeur du théâtre d’opéra de San Giovanni Grisostomo pour lequel il arrange ou compose différents livrets d’opera seria. Premières collaborations avec le compositeur Galuppi.

1738-1739. Nouveaux comédiens dans la troupe d’Imer : le Truffaldino Antonio Sacchi et sa famille, le jeune Pantalon Francesco Golinetti. Pour les premiers, Goldoni compose des canevas nouveaux – dont Les trente-deux infortunes d’Arlequin (Le trentadue disgrazie di Arlecchino) et La Nuit critique (La notte critica). Pour Golinetti, capable de jouer sans masque, il rédige sa première comédie « en trois actes, partie écrite, partie à canevas », Momolo l’homme accompli (Momolo cortesan, 1739, écrite en entier pour le tome X Paperini, 1757, sous le titre de L’Homme accompliL’uomo di mondo).

  1. Goldoni est nommé consul de la République de Gênes à Venise, ce qui lui permet de nouer des liens avec le monde du commerce. Pour le Carnaval, et pour Golinetti : Momolo sur la Brenta (Momolo sulla Brenta, publié en 1757, tome X Paperini, sous le titre Le Prodigue – Il prodigo). À partir de la fin de l’année 1740, il cesse d’être le « poète » du San Samuele et de diriger le San Giovanni Grisostomo, mais continue à collaborer ponctuellement avec l’un et l’autre théâtre.
  2. Pour le Carnaval au San Samuele, la comédie Le Banqueroutier (Il mercante fallito), « partie écrite partie à canevas », où il exploite sa connaissance du monde des marchands et son expérience d’avocat ; sous le titre La Banqueroute (La Bancarotta), la pièce sera écrite entièrement pour le tome X Paperini, 1757.
  3. Appelés à la cour de Russie, Sacchi et sa famille quittent la compagnie Imer à la fin du Carnaval. Ils ne reviendront au San Samuele qu’en 1745. Imer engage une nouvelle soubrette, Anna Baccherini ; pour l’Automne, Goldoni écrit pour elle La Petite Comtesse (La contessina), sorte de court opéra bouffe.
  4. Pour le Carnaval et pour la Baccherini, La Brave Femme (La donna di garbo, première édition en 1750, placée en tête du tome I Bettinelli des Comédies, en tant que première « comédie de caractère en trois actes » entièrement rédigée). Mais la Baccherini meurt avant d’avoir pu jouer le rôle : Goldoni ne verra représenter la pièce que trois ans plus tard en Toscane. À cause d’un escroc faux recruteur de soldats, il commet une grave imprudence politique (qui lui inspirera la comédie L’Imposteur en 1754) et il est obligé de quitter Venise à la fin du mois de juin. En pleine guerre de la Succession d’Autriche (1740-1748, neutralité de Venise), il se rend à Bologne, puis en Romagne à la recherche du duc de Modène dont dépendent les rentes de la famille paternelle. Mais celles-ci sont bloquées et le duc est à Rimini avec l’armée espagnole. Goldoni l’y rejoint et se fait éconduire.

1743-1744. Cependant, à Rimini, au milieu des armées, il retrouve des comédiens itinérants, dirige les spectacles destinés aux officiers espagnols, puis autrichiens ; pour les premiers, il remanie la comédie Arlequin empereur dans la lune (d’origine française) ; pour les seconds il écrit en automne la cantate La Paix satisfaite (La pace consolata) et sans doute l’intermède L’heureux quartier (Il quartiere fortunato). À la fin du Carnaval 1744, fin du quartier d’hiver : les troupes autrichiennes quittent Rimini. Goldoni renonce à sa fonction de Consul de Gênes et se dirige vers la Toscane restée neutre dans le conflit européen.

1744-1748. Séjour à Florence puis à Pise où il reprend son métier d’avocat. Il est agrégé à l’académie de l’Arcadie sous le nom de Polisseno Fegeio. Antonio Sacchi, revenu au théâtre San Samuele, lui demande en 1746 de rajeunir le canevas français du Valet de deux maîtres (d’où Il servitore di due padroni, avec les seuls rôles sérieux rédigés, qui sera entièrement écrit en 1753 pour le tome III Paperini). Sacchi demande ensuite un canevas « comique et pathétique », d’où Le Fils d’Arlequin perdu et retrouvé (Il figlio di Truffaldino perduto e ritrovato, 1746) qui préparera, en 1761, l’arrivée de Goldoni à la Comédie-Italienne de Paris (1762). Dès 1745, il a retrouvé à Livourne Girolamo Medebach et sa troupe – dont la « première amoureuse » Teodora Medebach joue à ravir sa Griselidis et sa Brave Femme – et le Pantalon d’Arbes, second pilier de la troupe, pour qui il écrit Antoinet le Gentil (Tonin Bellagrazia, encore en partie à canevas, entièrement rédigé pour le tome X Paperini, 1757, sous le titre de Le Trompeur – Il frappatore) et en 1747 Les Deux Jumeaux vénitiens (I Due gemelli veneziani, entièrement rédigés, édités dès 1750, tome I Bettinelli). À Venise, en octobre 1744, Carlo Gozzi (1720-1806) rentre à Venise après 3 années de vie militaire en Dalmatie. En 1747, avec son frère Gasparo 1713-1786), il fonde l’académie semi-burlesque semi-sérieuse des Granelleschi (Les Couillons). En Toscane, Medebach propose à Goldoni de le suivre à Venise pour y présenter la nouveauté de la « comédie réformée » dans le théâtre Sant’Angelo qu’il entend louer dès 1748. Goldoni accepte et abandonne définitivement le barreau. Au printemps 1748, fin de la guerre de Succession d’Autriche : les rentes des Goldoni à Modène sont disponibles. Nouvelle crise d’hypocondrie sur le chemin de Venise. Comédies entièrement rédigées, L’Homme prudent (L’uomo prudente, pour Darbes) essayé à Mantoue au printemps, La Veuve rusée (La vedova scaltra, pour Teodora Medebach) essayée à Modène pendant l’été.

1748-1749. Première année à l’essai au Sant’Angelo. En Automne, succès de Grisélidis et de La Brave Femme, échec d’Antoinet le Gentil mais succès de L’Homme prudent et des Deux Jumeaux vénitiens. Carnaval : immense succès de La Veuve rusée et de L’Honnête Fille (La putta onorata, première « comédie vénitienne »). Deux « comédies en musique » pour le théâtre San Moisè : Les Trois Bertoldes (Bertoldo, Bertoldino e Cacasenno) et La Fable des trois bossus (La favola dei tre gobbi).

1749-1750. Carême 1749, l’abbé Pietro Chiari est engagé comme « poète théâtral » au San Samuele ; 10 mars, contrat de Goldoni avec Medebach pour quatre ans (huit comédies et deux « œuvres scéniques » payées 450 ducats par an, obligation de suivre la compagnie en tournée). Pour l’Ascension, au Sant’Angelo, L’Arcadie sur la Brenta (L’Arcadia in Brenta, musique de Baldassare Galuppi) ; la collaboration entre Goldoni et Galuppi (1706-1785) durera douze ans et produira vingt drammi giocosi, dont sont restés célèbres Le Monde de la lune (Il mondo della luna, 1750) et Le Philosophe de campagne (Il filosofo di campagna, 1754). Automne, au San Samuele : L’École des veuves (La scuola delle vedove) de Chiari parodie La Veuve rusée. Goldoni réplique par un Prologue apologétique de « La Veuve rusée » (Prologo apologetico della « Vedova scaltra ») : les deux pièces sont interdites par les Inquisiteurs d’État qui instituent le 15 novembre la censure théâtrale préalable pour le théâtre récité. Chiari se présentant désormais comme le véritable réformateur du théâtre comique, la polémique et la compétition se développent, et dureront jusqu’en 1758. Au Sant’Angelo : Le Chevalier et la Dame (Il cavaliere e la dama) et La Bonne Épouse (La buona moglie, suite de La putta onorata). Carnaval 1750 : deux livrets d’opéra pour le San Moisè ; au Sant’Angelo, L’avocat vénitien (L’avvocato veneziano), Le Père de famille (Il padre di famiglia), La Famille de l’antiquaire (La famiglia dell’antiquario) et L’Heureuse Héritière (L’erede fortunata). Cette dernière ayant connu un échec retentissant, Goldoni promet au public qu’il présentera seize comédies nouvelles l’année suivante.

Carême, printemps et été 1750. Darbes est appelé à Dresde par la cour de Saxe, il est remplacé par le jeune Pantalon Antonio Mattiuzzi (1717-1778) dit Collalto. Medebach accepte que Goldoni édite à Venise chez Bettinelli les pièces qu’il écrit pour lui : préparation du tome I des Comédies qui sortira en septembre avec La donna di garbo, I due gemelli veneziani, L’uomo prudente, la vedova scaltra, assortis chacune d’une « lettre à l’éditeur », le tout précédé d’une longue Préface autobiografique et théorique. Goldoni forme Collalto à la comédie écrite, compose un livret d’opéra pour l’Ascension au San Moisè, un autre pour l’Automne au San Cassiano, ainsi que les huit premières des seize comédies promises, qui sont essayées en tournée à Mantoue et à Milan : Le Théâtre comique (Il teatro comico ou sa « poétique mise en action »), Les Femmes pointilleuses (Le femmine puntigliose), le « triptyque du mensonge » avec Le Café (La bottega del caffè), Le Menteur (Il bugiardo), L’Adulateur (L’adulatore) ; puis Pamela, première comédie sans masques, d’après le roman de Richardson, Les Poètes (I poeti, qui deviendront Le Poète fanatiqueIl poeta fanatico en 1755 dans le tome VIII Paperini) et Le Joueur (Il giocatore).

1750-1751. Automne, au San Samuele : succès de la trilogie de Tom Jones de Chiari d’après le roman de Fielding (1749). Au Sant’Angelo, succès de six des huit premières comédies nouvelles, triomphe de Pamela, échec du Joueur et création de L’Homme de goût (Il cavaliere di buon gusto). À Noël, la soubrette Corallina (Maddalena Marliani) intègre la troupe : son brio relancera l’inspiration de Goldoni. Carnaval 1751, deux opere giocose au San Cassiano. Au Sant’Angelo, suite des seize comédies nouvelles : Le véritable ami (Il vero amico), La Fausse malade (La finta ammalata), La Dame sage et prudente (La dama prudente), L’Inconnue persécutée (L’incognita perseguitata), l’autobiographique Honnête aventurier (L’avventuriere onorato), La Femme changeante (La donna volubile) et Les Caquets (I pettegolezzi delle donne) qui prépareront en 1761 l’arrivée de Goldoni à Paris. Promesse accomplie : on porte l’auteur en triomphe, mais il paiera cher le terrible effort de l’année des seize comédies.

Printemps-été 1751, à Turin. Molière, première comédie en cinq actes et en vers martelliani (rimés, quatorze syllabes). Séjour à Gênes dans la famille de Nicoletta. Sur la rivalité de Goldoni et de Chiari, Carlo Gozzi écrit une comédie satirique intitulée Les querelles théâtrales (Le gare teatrali) qu’il ne publiera pas.

1751-1752. Automne au Sant’Angelo : pour le début officiel de la Marliani, La Concierge (La gastalda, réécrite sous le titre La castalda pour l’édition tome VIII Paperini, 1755), succès de Molière, création de L’Amant militaire (L’amante militare). Une opera giocosa au San Samuele ; Chiari et la troupe Sacchi-Casali transférés au San Giovanni Grisostomo. Carnaval 1752, deux opere giocose pour le San Samuele, succès de la première tragédie historique en vers de Chiari. Au Sant’Angelo : Le Tuteur (Il tutore), La Sage Épouse (La moglie saggia), Le Marquis de Montefosco (Il marchese di Montefosco, futur FeudataireIl feudatario, tome VI Paperini, 1754) et pour Maddalena Marliani, Les Femmes jalouses (Le donne gelose).

Carême, printemps, été 1752. Le 15 février, Goldoni s’engage par contrat à servir le théâtre San Luca de la noble famille Vendramin à partir du Carême 1753 (huit comédies par an  payées 600 ducats, obligation de suivre la compagnie en tournée seulement les deux premières années). À Bologne, La Servante généreuse (La serva amorosa) pour Maddalena Marliani.

1752-1753. Automne : Chiari quitte la troupe Imer-sacchi, publie le tome I de ses Comédies en prose (4 tomes, 1752-1758), écrit des romans. Au San Samuele, un opera giocosa de Goldoni. Au Sant’Angelo, Les Tracasseries domestiques (I puntigli domestici), La fille obéissante (La figlia obbediente). Carnaval : pour Collalto, Les deux Pantalons (I due Pantaloni, qui deviendront Les Négociants – I mercatanti pour l’édition tome V Paperini, 1754), La Locandiera, pour Maddalena Marliani, Les Femmes curieuses (Le donne curiose), Le Contretemps ou Le bavard imprudent (Il contrattempo o sia Il chiacchierone imprudente). La venimeuse pièce d’adieu à la Marliani et à la troupe, La femme vindicative (La Donna vendicativa) sera jouée seulement au début de l’Automne. Au San Samuele, avec Galuppi, L’Aimant des cœurs (La calamita dei cuori) et Les Bains d’Abano (I bagni d’Abano).

Carême, printemps, été 1753. Invitée par la cour du Portugal, la compagnie Casali-Sacchi quitte Venise. Medebach engage Pietro Chiari comme « poète théâtral ». Début de l’affaire éditoriale : Medebach et Bettinelli continuent seuls l’édition des Comédies écrites pour le Sant’Angelo, Goldoni se rend à Florence au printemps pour lancer chez Paperini, en dix tomes, l’édition revue et corrigée de toutes ses Comédies ; désormais, il s’adresse directement « au lecteur », et revisite polémiquement sa « réforme ». Mise au point des pièces et de leurs paratextes pour les quatre premiers volumes. En même temps, avec la troupe Vendramin, préparation à Livourne de son début au San Luca. À Venise, début octobre, Bettinelli intente à Goldoni un procès contre son édition florentine « illégale ».

1753-1754. Automne : succès des premières comédies de Chiari au Sant’Angelo, échec des deux premières comédies en 3 actes et en prose de Goldoni au San Luca. Mais énorme succès de la tragi-comédie, en cinq actes et en vers ‘martelliens’, intitulée L’Épouse persane (La sposa persiana, 34 représentations successives), où triomphe Caterina Bresciani sous le nom d’Hircana ; ce premier volet de la « trilogie persane » sera complété par Hircana à Julfa  (Ircana in Julfa 1755) et Hircana à Ispahan (Ircana in Ispaan, 1756). À la fin de l’Automne, succès mitigé de La Soubrette femme d’esprit (La cameriera brillante en trois actes et en prose) ; préparation du tome V Paperini ; parution chez Tevernin des quatre petits volumes des Opere Drammatiche Giocose de Goldoni. Au Sant’Angelo, Chiari use aussi du vers ‘martellien’ dans ses propres tragi-comédies exotiques et dans les « suites » qu’il donne à certaines comédies de Goldoni (il a marié son Molière à l’Automne 1753, il marie sa Pamela au début du Carnaval 1754). Pendant des années, Venise verra s’opposer à coup de vers ‘martelliens’ les deux auteurs, ainsi que les « partis » des « goldonistes » et des « chiaristes », l’abbé Chiari pratiquera l’exotisme et en élargira le champ, ou prolongera sur le mode critique certaines innovations goldoniennes. Pendant le Carnaval 1754, succès du Philosophe anglais (Il filosofo inglese) de Goldoni qui entraîne une polémique politico-poétique dans l’élite culturelle ; Chiari lui oppose son Philosophe vénitien (Il filosofo veneziano) ; au Térence (Terenzio, automne 1754) du rival, il opposera de même un sien Plaute (Plauto) etc. Au San Cassiano, succès de l’amère opera giocosa de Goldoni De gustibus non est disputandum. Mais au San Luca, échec fracassant du Vieux Cortesan (El cortesan antigo, qui deviendra L’aimable vieillard – Il vecchio bizzaro – pour le tome II Pitteri, 1757). L’échec est compensé par le grand succès du Bal bourgeois (Il festino) à la fin de la saison. La création de La mère tendre (La madre amorosa), en trois actes et en prose, est reportée à l’Automne à cause d’une dispute entre les comédiennes. Elle sera essayée à Gênes au printemps et à Milan en été.

Carême, printemps – été 1754 (les mois « calamiteux »). Préparation des tomes VI et VII Paperini. En mars, retour de Giovanni Paolo à Venise, il confie son fils (huit ans) et sa fille (cinq ans) à Goldoni qui les adopte. La polémique théâtrale continue et concerne désormais la définition de la « vraie » comédie » et l’identité de son « vrai » réformateur. Grave dépression de Goldoni jusqu’à la fin de l’été. Appel à Michele Grimani pour qu’il lui commande des opere giocose (d’où,  de 1754 à 1758, 9 livrets pour l’Automne et le Carnaval au San Samuele). Réconciliation avec Medebach. Séjours à Bologne et Modène au printemps, tandis que la compagnie est à Gênes, où meurt le Pantalon Rubini. Sur l’erreur politique de juin 1743, écriture de L’Imposteur (L’impostore, comédie sans femmes pour les collégiens du Père Giambattista Roberti de Bologne, aussitôt publiée dans le tome VII Paperini et dédiée à Gasparo Gozzi). Pendant l’été, triomphe des comédies de Chiari à Modène qui le consacre « vrai » réformateur du théâtre comique italien – le duc fera de Chiari son poète officiel à l’automne 1755. Goldoni a rejoint sa compagnie à Milan ; à Venise on le dit mort ; son camarade en hypocondrie, le Brighella Angeleri, meurt en scène : violente et longue crise dépressive de Goldoni malgré le succès à Bologne du Philosophe de campagne (Il filosofo in villa, 19 août, qui ouvrira l’Automne au San Samuele le 26 octobre).

1754-1755. Automne au San Luca, La mère tendre (La madre amorosa) ; succès d’estime de Térence (Terenzio, comédie historique en cinq actes et vers) ; échec de La Péruvienne (La peruviana, en cinq actes et en vers d’après le roman de madame de Graffigny) ; préparation du tome VIII Paperini. Mort le 6 novembre de Margherita Savioni, mère de Goldoni. Pendant le Carnaval : succès de Torquato Tasso (en 5 actes et en vers, semi autobiographique) ; toujours les polémiques sur la « vraie » comédie ; tournant poétique de Goldoni avec deux comédies expérimentales en cinq actes et en vers qui concernent l’‘exotisme intérieur’ de l’Italie et de Venise : Les Voyageurs (I viaggiatori, qui deviendra Le Chevalier JocondeIl cavalier Giocondo pour le tome II Pitteri, 1758) et Les Cuisinières (Le massere, première comédie en vénitien et en vers). Gasparo Gozzi commence à écrire pour le San Giovanni Grisostomo des drames en vers sur certains héros de l’histoire de Venise : son Marco Polo fait un triomphe ; mais après l’échec dans le même théâtre d’Antioche libérée (Antiochia liberata, janvier 1758), il renoncera à proposer au théâtre vénitien l’exploration cette voie patriotique.

Été 1755. Premier séjour de Goldoni à Bagnoli, lieu de villégiature de la famille Widmann qui le protège. Il y voit confirmée la qualité des acteurs dilettantes du « théâtre de villa ». À Vérone, Les Mécontents (I malcontenti, comédie en 3 actes et en prose). Le « transformiste » Pietro Gandini et son épouse Teresa, première Amoureuse de la troupe, rompent leur contrat à l’improviste et quittent Venise pour Dresde. Ils sont remplacés d’urgence, plutôt mal que bien.

1755-1756. 1er novembre : tremblement de terre et tsunami à Lisbonne, entièrement détruite par le feu : ruinés, Sacchi, sa famille et sa troupe quittent le Portugal et rentrent en Italie. Au San Luca, Automne difficile : Les Mécontents sont interdits de représentation à Venise, succès mitigé de La Bonne famille (La buona famiglia, en 3 actes et en prose) ; mais grand succès de Hircana à Julfa et des Bonnes Ménagères (Le donne de casa soa, « comédie vénitienne » en 5 actes et en vers). Chiari est fait poète du duc de Modène. Carnaval au San Luca : 2 comédies en 3 actes et en prose, La Villégiature (La villeggiatura) et L’Écornifleur (Il raggiratore) ; deux comédies en 5 actes et en vers La Femme extravagante (La donna stravagante) et, en vers libres Le Campiello (Il Campiello, « comédie vénitienne »).

Printemps-été 1756. De mai à juillet, séjour de Goldoni à Parme où le duc l’a invité en vue de créer un répertoire d’opere giocose pour une compagnie lyrique qu’il veut attacher à sa cour. Goldoni y rencontre le ministre français Du Tillot (1711-1774) qui le protège ; il écrit, pour le Carnaval suivant, les livrets de La Bonne Fille (La buona figliola, musique de Duni, 1757, puis de Piccini en 1760), Le Bal bourgeois (Il festino), Le Voyageur ridicule (Il viaggiatore ridicolo). Il voit jouer pour la première fois une troupe française en tournée, et fait la connaissance d’Egidio Duni (1709-1775) qu’il retrouvera à la Comédie-Italienne de Paris en 1762. Il rejoint sa troupe à Milan et lui donne à jouer, écrites à Parme, deux comédies en cinq actes et en vers L’Egoïste (L’amante di sé medesimo) et Le Médecin hollandais (Il medico olandese) où il se représente dans le personnage d’un jeune polonais hypocondriaque. Début des comédies de société pour le marquis Albergati Capacelli de Bologne : L’Avare (L’avaro, en un acte et en prose). Le 29 août, début de la Guerre de Sept ans, troisième conflit européen dans lequel Venise reste neutre. Chiari commence la publication de ses Comédies en vers (10 tomes, 1756-1762).

1756-1757. Début octobre, le duc de Parme attribue à Goldoni le titre de poète de sa cour et une pension annuelle. Succès du Médecin hollandais et d’Hircana à Ispahan. Le 14 octobre, deuxième contrat avec Vendramin (six comédies par an payées chacune 100 ducats). Fin novembre, second séjour à Parme jusqu’à la fin février 1757. Carnaval : échec de la comédie en 5 actes et en vers, La Femme seule (La donna sola).  Début de la polémique publique de Carlo Gozzi contre Goldoni et Chiari ridiculisés dans le pamphlet La Tartane des maladies épidémiques pour l’année bissextile 1756 (La tartana degl’influssi per l’anno bissestile 1756). Bettinelli a gagné le procès qu’il avait intenté à Goldoni pour « illégalité » de l’édition Paperini. Goldoni écrit La Pupille, comédie en 5 actes et en vers classiques, pour compléter le tome X Paperini qui sortira en juin. Pour Albergati Capacelli, L’Homme d’esprit (Il Cavaliere di spirito, en 5 actes et en vers).

Carême, printemps-été 1757. 11 avril, parution à Venise chez Pitteri du tome I du Nouveau théâtre comique de Goldoni (Nuovo teatro comico, qui publie les comédies représentées au San Luca). La française madame du Bocage séjourne à Venise en mai, Goldoni fait sa connaissance et la retrouvera en France où il fréquentera son salon littéraire et lui dédiera une comédie (La Femme d’importance – La donna di maneggio, tome VIII Pasquali, 1765). En juillet, second séjour à Bagnoli chez les Widmann.

1757-1758. Automne au San Luca : Le Riche assiégé (Il ricco insidiato [?[1]], en 5 actes et en vers) ; La Veuve femme d’esprit (La vedova spiritosa, en 5 actes et en vers, réduite pour Rome en 3 actes et en prose en 1758) ; Le Père par amour (Il padre per amore, en 5 actes et en vers, d’après la Cénie de madame de Graffigny, vue représenter en français à Parme). Carnaval au San Samuele, l’opera giocosa Le Marché de Malmantile (Il mercato di Malmantile) ; au San Luca, L’Esprit de contradiction (Lo spirito di contradizione, en 5 actes et en vers), sans succès ; puis La Belle sauvage (La bella selvaggia, tragicomédie en 5 actes et en vers) et grand succès des Femmes gaies (Le morbinose, « comédie vénitienne » en 5 actes et en vers réécrite plus tard en italien, en 3 actes et en prose, pour Rome sous le titre Les Femmes de belle humeurLe donne di buon umore). Pour Albergati Capacelli, en 5 actes et en vers ‘martelliens’, L’Indifférent (L’apatista) et La Femme bel esprit (La donna bizzarra), représentées pendant l’été.

Été 1758. Le 8 août, élection au Saint-Siège de Clément XIII, pape vénitien ; il fait cardinal son neveu Carlo Rezzonico qui invite Goldoni à venir à Rome diriger les acteurs du théâtre Tordinona (qui dépend du pape) et les fournir en comédies nouvelles. Avec le consentement de Vendramin, Goldoni accepte : il enverra aux comédiens du San Luca les comédies qu’il leur doit par contrat.

1758-1759. Le 2 octobre, Antonio Sacchi revenu à Venise s’installe avec sa troupe au San Samuele pour y faire renaître la commedia dell’arte, ou ‘comédie nationale’ selon Carlo Gozzi qui décide de les protéger. Automne au San Luca : L’Epouse sagace (La sposa sagace, en 5 actes et en vers) ; La Gouvernante (La donna di governo (en 5 actes et en vers) ; grand succès de La Dalmate (La dalmatina, en 5 actes et en vers, 13 représentations ). Goldoni a quitté Venise pour Rome le 23 novembre. Échec de son expérience romaine au théâtre Tordinona, compensée par sa réussite au théâtre Capranica. Carnaval au San Luca : deux nouveautés d’autres auteurs, puis, de Goldoni, L’Épouse fidèle (La sposa fedele, en 5 actes et en vers, ou réécriture de La Femme forteLa Donna forte – qui a été censurée ) ; Les Partisans du plaisir (I morbinosi, en 5 actes et en vers). Carlo Gozzi célèbre Sacchi et la comédie des masques ; avec certains granelleschi, il multiplie les satires contre Chiari et Goldoni qui leur répondent : guerre de critiques et de libelles qui culmine, en 1760, avec le pamphlet féroce « Le Théâtre comique » à l’hôtellerie du Pélerin (« Il teatro comico » all’osteria del Pellegrino) de Carlo Gozzi, interdit de publication.

1759-1760. Rappelé par Vendramin, Goldoni quitte Rome début juillet 1759. Il s’arrête deux mois à Bologne où il conçoit l’ambitieux projet des « Neuf Muses » (9 comédies en 5 actes, chacune dans un vers différent et chacune consacrée à l’une des 9 muses, le tout précédé d’un Prologue à Apollon). Réparti sur les deux années théâtrales 1759-1760 et 1760-1761 au San Luca, le projet n’aura pas de succès et n’ira pas jusqu’au bout. L’Automne s’ouvre avec Les Amours d’Alexandre le Grand (Gli amori di Alessandro Magno), puis viennent L’École de danse (La scuola di ballo), Artemise (Artemisia) et Les Amoureux (Gli innamorati, finalement en 3 actes et prose) qui met en jeu des situations et des personnages observés à Rome. Le Carnaval s’ouvre avec L’Imprésario de Smyrne (L’impresario delle Smirne, en 5 actes et en vers, 9 représentations, réduit en prose pour le tome XII Pasquali, 1774). Mais la saison continue avec, totalement hors projet, La Guerre (La guerra, en 3 actes et en prose) et Les Rustres (I rusteghi, « comédie vénitienne », en 3 actes et en prose). À Rome, pendant le Carnaval au théâtre Capranica, succès de Pamela maritata (en 3 actes et en prose). À Venise, le 6 février 1760, Gasparo Gozzi a lancé la Gazette de Vénétie (la Gazzetta veneta, qui paraît le mercredi et le samedi) : il la rédigera seul jusqu’au 31 janvier 1761. Il y défend souvent Goldoni et y publiera le 9 juillet 1760 (n° 45) les élogieux Vers de M. Voltaire sur les talents comiques de M. Goldoni ; dans une lettre du 24 septembre 1760, le même Voltaire s’adresse à l’auteur en le consacrant « peintre et fils de la nature ».

1760-1761. L’Automne voit créées au San Luca les deux seules pièces qui survivent à l’échec du projet des « Neuf Muses » : Énée dans le Latium (Enea nel Lazio) et Zarathoustra (Zoroastro) précédées chacune par deux nouveautés hors projet, soient en 3 actes et en prose : Un curieux accident (Un curioso accidente) et La Femme d’importance (La donna di maneggio). La saison se termine avec le grand succès du Nouvel Appartement (La casa nova, en 3 actes et en prose), repris au début du Carnaval 1761, lui-même clôturé par le succès de La Bonne Mère (La buona madre, « comédie vénitienne » en 3 actes et en prose). Le 25 janvier[2], la troupe de Sacchi a triomphé au San Samuele avec la fable de Carlo Gozzi, L’Amour des trois oranges (L’amor delle tre melarance), où Goldoni et Chiari sont ridiculisés, respectivement, sous les traits du magicien Celio et de la méchante fée Morgana. Par prudence, les Granelleschi cessent de publier leurs Actes satiriques. Pietro Chiari succède à Gasparo Gozzi à la direction de la Gazette de Vénétie, qu’il rédigera du 7 février 1761 au 10 mars 1762. Il se réconcilie avec Goldoni.

Printemps-été 1761. Le 1er avril, Goldoni lance à Venise chez Pasquali l’édition de ses œuvres complètes (il en a demandé le privilège exclusif pour 20 ans le 29 décembre 1760). Prévue en 40 volumes, l’édition s’arrêtera au 17e volume en 1778. Les préfaces écrites à chacun de ces 17 volumes – dites Mémoires italiens – retraceront sa vie jusqu’en 1743. Le tome I sort dès août 1761. Goldoni est invité officiellement à Paris par la Comédie-Italienne pour deux ans, après une négociation qui, selon lui, a duré trois ans. À Bologne, au printemps, La Bonne Fille mariée (La buona figliola maritata), livret de Goldoni, musique de Piccinni.

Automne 1761. Au San Luca : quatre comédies en trois actes et en prose, soient les trois pièces qui constituent la « trilogie de la villégiature » : Les Manies de la villégiature (Le smanie della villeggiatura), Les Aventures de la villégiature (Le avventure della villeggiatura), et Le Retour de la villégiature (Il ritorno della villeggiatura), avec, entre la deuxième et la troisième, le grand succès de L’Écossaise (La scozzese, 3 novembre, 15 représentations), au moment où tombent deux autres comédies, également imitées de Le Café ou L’Écossaise de Voltaire (juin 1760) : La Belle pélerine (La bella pellegrina) de Chiari et L’Écossaise (La Scozzese) de Gasparo Gozzi, la première le 26 octobre au San Giovanni Grisostomo (compagnie Medebach), la seconde début novembre au San Samuele (compagnie Sacchi). S’ajoute, au San Luca, vers la fin du carnaval la tragi-comédie exotique La Belle Géorgienne (La bella giorgiana, en 5 actes et en vers, 4 représentations).

Carnaval 1762, ou dernière saison de Goldoni au San Luca. Ouverture avec Le Bon Compatriote (Il buon compatriotto, en trois actes et en prose, sorte d’hommage à la commedia dell’arte, avec les rôles du protagoniste Traccagnino et de Brighella laissés à l’improvisation). Puis Théodore le Grondeur (Sior Todero Brontolon, « comédie vénitienne » en 3 actes et en prose, 10 représentations), Barouf à Chioggia (Le baruffe chiozzotte, en 3 actes et en prose, 7 puis 2 représentations) et Un des derniers soirs de carnaval (Una delle ultime sere di carnovale, « comédie vénitienne » en 3 actes et en prose) où, sous la figure du jeune dessinateur Anzoletto appelé à exercer son art en Russie, l’auteur appelé à Paris fait ses adieux au public de Venise (4 représentations) ; le carnaval se termine par la reprise ponctuelle de quatre autres pièces dont deux de Goldoni (Le Nouvel appartement et La Dalmate). Pour Albergati Capacelli, en mars, L’Hôtellerie de la Poste (L’osteria della posta, en un acte et en prose, représentée pendant l’été 1762).

La troupe de Sacchi continuera jusqu’au carnaval 1765 à représenter les « fables théâtrales » de Carlo Gozzi, suivies d’une série de tragi-comédies en vers inspirées du théâtre espagnol. Mais en octobre 1762, elle passe du San Samuele au Sant’Angelo qu’elle quittera en 1769 pour le San Luca.

Jusqu’au mois de mars 1765 courra l’engagement de Goldoni avec le théâtre San Luca (troisième et dernier contrat, 2 mars 1762, un maximum de 9 comédies – qui se réduiront à 7 – pendant son absence, chacune payée 100 ducats) ; l’auteur charge Stefano Sciugliaga de le représenter auprès de Vendramin pendant les deux ans prévus de son engagement à Paris. Il lègue à son frère Giovanni Paolo la totalité des biens de la famille à Modène. En avril 1762, Chiari quitte Venise et se retire à Brescia.

Le 4 avril 1762, Goldoni part de Venise avec sa femme, son neveu et un jeune garçon appelé Tonino ; il a confié sa nièce Petronilla-Margarita (13 ans) au couvent du Saint-Sépulcre (San Sepolcro). Le tome II Pasquali est sorti en mars ; avant son départ, il a préparé le matériel des deux tomes suivants, il confie la correction de tous les volumes à paraître à Gasparo Gozzi. Il passe par Bologne pour saluer le marquis Albergati Capacelli, mais il y tombe malade et ne quitte la ville que le 20 juin, il y écrit pour Piccinni le livret La bella verità. Puis, séjour à Parme (27 juin-8 juillet) pour saluer le duc et la Cour, et détour par Gênes (12-26 juillet) pour saluer la famille de Nicoletta ; décision de ne pas aller rencontrer Voltaire à Ferney (il ne le verra qu’en 1778, à Paris, juste avant sa mort) et choix de la voie de mer pour entrer en France par Antibes. Étape à Marseille (31-07), et à Lyon (16-08) où Goldoni dit avoir seulement appris l’intégration de l’Opéra-Comique de la Foire dans la Comédie-Italienne (réalisée dès février 1762). Arrivée le 22 août à Paris. Goldoni trouve à se loger près de la Comédie-Italienne, il place le jeune Tonino chez un coiffeur voisin. Il louera très vite « un appartement sur le Palais-Royal »[3].

Automne 1762. Chargé, pour 500 livres par mois, d’écrire en italien pour la partie italienne de la nouvelle troupe fusionnée et découvrant qu’à Paris, le succès va aux masques et à l’improvisation, Goldoni comprend qu’il doit faire fond sur l’Arlequin Carlo Bertinazzi et la soubrette Camille Veronese (1735-1768), acteurs excellents, ainsi que sur le Pantalon Collalto pour qui il a longtemps travaillé à Venise et qui l’a précédé de trois ans à la Comédie-Italienne. Ce sont eux qui triomphent depuis un an dans Le Fils d’Arlequin perdu et retrouvé adapté par le premier Amoureux de la troupe Francesco Zanuzzi (également ami de Goldoni). C’est sur leurs qualités qu’il élabore L’Amour paternel ou La Servante reconnaissante (L’amore paterno o sia La serva riconoscente), sorte de comédie allégorique de son début à Paris. Entièrement rédigée en italien et en trois actes, la pièce est prête dès l’automne, Goldoni en fait imprimer en décembre, traduit en français, un long « extrait », accompagné d’une lettre au traducteur et de la réponse de celui-ci sur l’état des théâtres de Paris. L’Amour paternel ne sera représenté que le 4 février 1763 (6 représentations avec, pour les trois dernières, le canevas La Force du sang ou Arlequin cru mortLa forza del sangue o sia Arlecchino creduto morto).

  1. Le 10 février, fin de la Guerre de Sept ans. Le 12 février, mort de Marivaux. À la Comédie-Italienne, échec de L’Éventail (27 mai). Seul véritable succès en automne : la trilogie Les Amours d’Arlequin et de Camille (27 septembre), La Jalousie d’Arlequin (15 novembre) et Les Inquiétudes de Camille (20 décembre) ; Goldoni en déduit que sa « réputation est désormais établie à Paris », puisque les Français, qui ne « sont guère persuadés que la comédie puisse être pathétique » ont là « ri et pleuré avec un égal plaisir », et découvert un « nouveau genre [qui] les a enchantés »[4]. Peut-être est-ce à cause de cela, plus qu’à la suite de l’affaire du Fils naturel (1757), que Diderot (1713-1784) ne considérera jamais que comme un auteur de « farces » l’expérimentateur italien de formes réussies de la « comédie nouvelle », alors qu’en France, il peine lui-même à définir et inventer concrètement le « drame », ou la « comédie sérieuse ». Ce rapport empêché entre les deux auteurs fait que Goldoni manque à Paris son rendez-vous avec le groupe français le plus militant des « Lumières ». Mais, outre sa fréquentation assidue du monde du théâtre, ses rapports avec les intellectuels parisiens, qu’ils soient savante, médecins ou lettrés (comme Marmontel), auteurs de romans (comme madame Riccoboni ou Crébillon fils) ou auteurs dramatiques (comme Favart, Mercier, Beaumarchais…) n’en seront pas moins fréquents et heureux. À Venise, le tome V Pasquali a paru pendant l’été 1763.

1763-1765. Pendant les deux ans et demi de son engagement à la Comédie-Italienne (octobre 1762-Pâques 1765), Goldoni compose, outre L’Amour paternel et l’Arlequin cru mort, et en plus des Deux Italiennes (1763), comédie entièrement rédigée et non représentée, une bonne trentaine de comédies à canevas (en un, deux ou trois actes) dont une dizaine non représentées. Pendant ce temps, il rédige entièrement et envoie à Venise, Le Mariage sur concours (Il matrimonio per concorso, tiré des Deux Italiennes, et représenté au théâtre San Luca pendant l’automne 1763), la trilogie de Zélinde et Lindor (sur les canevas de la « trilogie de’Arlequin et de Camille » – soient Gli amori di Zelinda e Lindoro (4 représentations), La gelosia di Lindoro (3 représentations) , Le inquietudini di Zelinda (2 représentations) – joués entre l’Automne 1764 et le Carnaval 1765 au théâtre San Luca, lequel complète sa saison goldonienne par Les Amants timides (Gli amanti timidi, tirés du Portrait d’Arlequin), L’Éventail (Il ventaglio, 7 représentations), et À trompeur trompeur et demi (Chi la fa l’aspetta, dernière « comédie vénitienne », une seule représentation, sur le canevas de La Dupe vengée créé le 11 mai 1764 à la Comédie-Italienne). Il tire également de ce canevas une cinquième et dernière pièce pour le théâtre de société d’Albergati Capacelli,, Le Tour payé de retour (La burla retrocessa nel contraccambio, en 5 actes et en prose). À la Comédie-Italienne, le 1er mai 1764, échec de Camille aubergiste, tirée de La Locandiera. Entre 1766 et 1772, Goldoni continuera à collaborer ponctuellement avec ce théâtre (7 canevas dont La Bague Magique, et, en 1772, L’Épouse persane et L’Avocat vénitien). Et pendant ses années françaises, il écrira un certain nombre de livrets d’opera giocosa pour Londres, la Cour du Portugal, Venise, Milan…  En 1764, à Venise, paraissent les tomes VI et VII Pasquali.

  1. En février, Goldoni est « libéré » de son engagement auprès de la Comédie-Italienne, il est nommé professeur d’italien des princesses Marie-Adélaïde et Sophie, filles de Louis XV, et réside à Versailles jusqu’en 1769. En mars, il est atteint d’une fluxion aux yeux et devient aveugle de l’œil gauche. À Venise, paraît le seul tome VIII Pasquali.
  2. À Venise, paraît le seul tome IX Pasquali.
  3. À Venise, le 2 février, immense succès au San Giovanni Grisostomo de Le bon et le mauvais génie (Il genio buono e il genio cattivo, entièrement écrit en 5 actes et en prose d’après le canevas homonyme, et envoyé à Medebach, 27 représentations). À Paris, de Beaumarchais (1732-1799), publication de la comédie Eugénie précédée de l’Essai sur le genre dramatique sérieux.
  4. À la Comédie-Italienne, mort de Camille, remplacée par Argentine. À Venise, paraît le tome X Pasquali, après quoi l’édition est interrompue.
  5. Goldoni revient à Paris. Le roi lui a accordé une pension annuelle de 3 600 livres dont il attendra longtemps le versement. En Allemagne, La Dramaturgie de Hambourg de G. E. Lessing (1729-1781), « réformateur » du théâtre allemand, grand lecteur de Goldoni et auteur dès 1765 de Minna von Barnheim, en 5 actes et en prose, ou première « comédie nationale ».
  6. Le 16 mai, mariage de Marie-Antoinette d’Autriche (14 ans) avec le dauphin de France futur roi Louis XVI (16 ans).
  7. Visite de Goldoni à Rousseau qui lui déconseille d’écrire en français pour les Français. Mais Goldoni, qui a renoncé à composer en français des livrets d’opéra comique pour la Comédie-Italienne, vient d’écrire en français pour la Comédie-Française Le Bourru bienfaisant, qui sera créé avec succès le 4 novembre et publié chez la Veuve Duchesne, dédié à son illustre élève « Madame Marie Adélaïde de France » (deux traductions différentes publiées à Venise en 1772).
  8. Goldoni cède le privilège de son édition à l’éditeur Pasquali le 15 juillet et lui envoie le matériel nécessaire à la reprise de l’édition pour les tomes XI à XXII.

1772-1774. Première édition (Colombani) des Œuvres de Carlo Gozzi.

1773-1774. À Venise paraissent les tomes XI à XV de l’édition Pasquali.

  1. Le 10 mai, mort de Louis XV, début du règne de Louis XVI. Mort à Paris de Guillaume du Tillot, homme des Lumières et ex-ministre français (1749-1771) du duc Philippe de Parme (gendre de Louis XV) : rentré en France en décembre 1771, il y vivait dans une grande pauvreté.
  2. Rappelé à Versailles, Goldoni y enseigne l’italien aux sœurs de Louis XVI jusqu’au printemps 1780. 1775-1783, Guerre d’Indépendance des États-Unis. À la Comédie-Française, le 23 février, succès du Barbier de Séville de Beaumarchais.
  3. Le 14 novembre, échec à Fontainebleau de L’Avare fastueux, deuxième et dernière comédie écrite en français par Goldoni : reçue « à corrections » par la Comédie-Française dès 1773 elle n’a pas été représentée. Goldoni retire son texte.
  4. Il intègre le groupe qui, autour de Beaumarchais, revendique un véritable droit des auteurs sur leurs œuvres représentées. À Venise, paraît le tome XVI Pasquali.
  5. Le 16 mars, Voltaire revenu à Paris est couronné en scène à la Comédie-Française ; il meurt le 30 mai. En juillet mort de Rousseau. Goldoni écrit le livret Les Renards (I volponi, allégoriques de ses déboires à la Cour). En septembre 1780, il obtient du roi une gratification exceptionnelle pour les frais que lui a occasionné à Versailles son enseignement de l’italien (non rétribué) aux princesses royales entre 1775 et 1780.

Juin 1778-mars 1780. Second rendez-vous manqué de Goldoni à Paris, et cette fois avec les « Bouffons italiens » lors des deux saisons où ils sont invités à l’Académie Royale de Musique, sous la direction artistique de Piccinni. Il avait espéré qu’on ferait appel à lui pour écrire de nouveaux livrets ou, au moins, adapter au goût français des livrets anciens. Il n’en fut rien. Trois de ses ouvrages sont représentés dont, le 15 avril 1779, La Bonne Fille mariée (La buona figliola maritata). Or, dans le « Journal de Paris » du 23 avril 1779, Goldoni dément être l’auteur de ce livret « informe », qu’on lui attribuerait indûment et qui mettrait en péril sa réputation. Même pour le théâtre musical, être le passeur entre l’Italie et la France ne va pas de soi.

En 1779, à Venise, est paru le tome XVII de l’édition Pasquali. Les cinq tomes suivants préparés par Goldoni ne paraîtront jamais, le matériel envoyé en juillet 1772 n’a pas été retrouvé.

  1. Retour de Goldoni à Paris en mai. Il cède à son neveu (alors employé au Bureau de la Guerre pour la correspondance italienne) le titre et la fonction de professeur d’italien auprès de Madame Élisabeth. Par manque d’argent, il emprunte une somme importante à l’ambassadeur de Venise à Paris et vend pour 600 livres les 250 volumes de « théâtre français » et les 150 volumes de « romans français » de sa bibliothèque à Vittore Gradenigo, secrétaire de l’Ambassadeur ; il envisage de rentrer en Italie, mais il se résigne à rester à Paris, la Cour de France lui ayant refusé de pouvoir jouir hors du royaume de sa pension de 3600 livres. Il a emprunté 600 livres aux acteurs de la Comédie-Française et ne peut les leur rendre. Beaumarchais obtient le 9 décembre un premier arrêté gouvernemental en faveur du droit d’auteur à Paris.
  2. Le 30 octobre, à Venise, Petronilla-Margherita Goldoni se marie à 32 ans avec G. Antonio Chiaruzzi ; en août, son oncle Carlo et son frère Antonio lui ont fait donation de tous leurs biens de Venise et de Modène (ce qui implique que Giovanni Paolo soit décédé avant cette date). Cette donation confirme la décision de ne plus revenir en Italie.

1781-1782. Paraissent à Padoue les Nouvelles historiques des acteurs italiens de Francesco Bartoli (Notizie istoriche de’comici italiani, 2 tomes). Paraissent à Paris les 6 premiers livres des Confessions de Rousseau.

  1. Goldoni dresse le programme d’un « Journal de Correspondance Italienne et Française », périodique culturel et comparatiste, qui « finira avant que de commencer » à cause du jeune homme qui s’était engagé à le réaliser, mais se marie et quitte Paris. À Venise, pendant le carême, dissolution de la compagnie d’Antonio Sacchi. Ce dernier constitue une troupe ‘volante’ qui continuera à opérer au Sant’Angelo et en tournée, puis il se fait engager dans différentes compagnies et en recréera une à Gênes en 1786. À Paris, à la fin de l’année, Goldoni commence la rédaction en français de ses Mémoires qu’il achèvera au début de l’année 1787 à l’aube de ses quatre-vingt ans.
  2. Au printemps Alfieri lui rend visite et le trouve en pleine rédaction des Mémoires. Le 27 avril, Le Mariage de Figaro (Beaumarchais) à la Comédie-Française. Le 31 juillet, mort de Diderot.
  3. Le 1er mai, à Vienne, Le nozze di Figaro de Mozart, livret de Da Ponte d’après Beaumarchais. À Venise, le 29 décembre, mort de Gasparo Gozzi.
  4. À Prague, le Don Giovanni de Mozart. À Paris, en août, les Mémoires de M. Goldoni pour servir à l’histoire de sa vie et à celle de son théâtre dédiés au roi Louis XVI, sont publiés en 3 tomes chez la Veuve Duchesne.
  5. En avril, Goldoni autorise l’éditeur vénitien Antonio Zatta à publier ses œuvres complètes qui sortiront en 44 tomes entre 1788 et 1795, précédés des Mémoires (3 volumes) traduits en italien. En novembre, mort d’Antonio Sacchi (80 ans) sur un bateau qui l’emmène à Marseille.
  6. En mars, malade et craignant de perdre définitivement la vue, Goldoni ne peut toujours pas rembourser aux acteurs de la Comédie-Française les 600 livres qu’il leur doit: il leur envoie en contre-partie une nouvelle version corrigée de L’Avare fastueux en espérant la voir représenter avant de mourir. Le 5 mai, ouverture des États Généraux, début de la Révolution Française. 14 juillet, prise de la Bastille ; nuit du 4 août et fin des privilèges féodaux ; Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen.
  7. En mars et juin, avec les lois Allarde puis Le Chapelier, l’Assemblée Constituante institue le « droit d’auteur ». Publication à Venise, chez Curti, de l’Histoire de Miss Jenny (Storia di miss Jenny) le roman par lettres de madame Riccoboni que, pour aider un ami, Goldoni a traduit librement en italien. 1er octobre, début de l’Assemblée Législative. Le 21 octobre, contre 2400 livres et l’annulation de sa dette de 600 livres, Goldoni cède à la Comédie-Française les droits de représentation exclusive de son Bourru bienfaisant et demande qu’on lui restitue le manuscrit de L’Avare fastueux.
  8. L’Assemblée législative ayant supprimé les pensions de la Cour, il se retrouve réduit à la misère. Le 21 septembre, début de la Convention Nationale qui abolit la royauté et instaure la Première République. Procès de Louis XVI.
  9. Le 17 janvier, Louis XVI est condamné à mort, il est guillotiné le 21. En janvier Goldoni sollicite de la Convention Nationale le rétablissement de sa pension. Mais il meurt le 6 février, dans le logement qu’il occupe rue du Pavé-Saint-Sauveur (dans le deuxième arrondissement), au moment où, à la demande de Marie-Joseph Chénier (séance du 7 février), la Convention vote à l’unanimité la restitution de sa pension (avec les arriérés) au « citoyen Goldoni », « réformateur du théâtre italien ». Le 9 février, elle instaure pour Nicoletta Goldoni une pension annuelle de 1500 livres ; le 17 elle sollicite de l’ex-Comédie-Française, devenue Théâtre National, une représentation de bienfaisance du Bourru bienfaisant (qui aura lieu le 18 juin) en faveur de la veuve de l’auteur pour que celle-ci puisse payer ses dettes. Les documents manquent sur ce qu’il advint ensuite de Nicoletta, dont on dit qu’elle serait morte deux ans plus tard ; mais on ignore la date exacte de sa mort.

 

[1] Il ricco insidiato, dont la première représentation daterait de l’Automne 1758 selon la première édition de la pièce (tome VII Pitteri, 1761) – date reprise dans toutes les éditions suivantes et par Anna Scannapieco – ne figure nulle part dans le livre de comptes (« Squarzo degli utili ») du théâtre San Luca qui commence précisément avec l’Automne 1758. Il semble qu’on doive anticiper d’un an la création de la pièce et la situer juste avant La Veuve femme d’esprit, comme l’écrit Goldoni dans les Mémoires (II, 35).

[2] Ou le 21 janvier (Petronio et Luciani).

[3] Mémoires, III, 4.

[4] Lettre du 3 octobre 1763 au marquis Albergati Capacelli.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search